La Préhistoire à Monteneuf

Les CE2 découvrent la préhistoire à Monteneuf.
 
1.Comment faire du feu ?

  • Il nous faut un silex ,  de  la pyrite de fer, de la  mousse de roseaux à massette, un peu de paille et le tour est joué.
  • Mais on peut aussi faire autrement avec un bâton de bois , une ficelle et un coquillage,
  •  mais attention produire de la chaleur ce n’est pas facile et ça peut être dangereux

2.Comment déplacer un menhir ?  ( ou pierre debout en langue bretonne )

 
  • Il nous faut des rondins de bois pour soutenir la pierre,
  • et surtout une corde très solide,
  • Mais le plus important c’est d’unir nos forces.

Tous chez Marco.

L’alimentation : Tous au jardin chez Marco.

 
Avant d’y aller nous avons lu un petit roman : Tom Patate . Emmanuelle Maisonneuve nous raconte la société secrète des grammanitous qui vivent sous la terre.


 
Pour commencer la visite chez Marco , nous avons découvert le potager avec ses serres, sa géode pour semer les graines, son laboratoire pour soigner les plantes malades ; et tout ça,  en slalomant dans la boue, c’était très amusant de s’enfoncer….

 
Ensuite dans son magasin , nous avons observé tous les légumes de la saison qui se trouvaient dans des caisses sur son étalage, nous les avons classés selon la partie qu’on mange en 3 catégories : les racines, les feuilles, les fruits.


Nous avons aussi cherché à savoir pourquoi il n’avait pas de tomates ou de courgettes maintenant, et d’où elles venaient alors ,  puisqu’on les trouve quand même dans les grands magasins?
Nous avons compris que pour les faire venir de loin à n’importe quel moment de l’année, leur voyage occasionnait des pollutions pour notre belle planète déjà si fragile et tellement précieuse.


La partie de l’animation qui a duré le plus longtemps est la fabrication de jus de légumes. On avait le droit de garder la peau des légumes , car Marco n’utilise jamais de produits chimiques  pour faire pousser ses légumes. Il nous a expliqué qu’une grande partie des vitamines et des nutriments qui nous font grandir se cachent dans la peau ou juste en dessous de la peau. Nous avons bien compris qu’il fallait aussi la manger.
Mais attention si c’est vrai pour les produits bios, ce n’est pas la même chose pour les légumes qui grandissent avec des produits chimiques car là aussi les vilains produits se cachent sous la peau , alors là ; méfiance ! méfiance !il faut les éplucher…
Maintenant que nous sommes prêts, c’est le moment tant attendu qui arrive : extraire le jus des légumes : du patidou, de la courge de Nice, des carottes, des pommes, du pannais et des betteraves rouges.


 
Que de belles couleurs devant nous ! mais, était-ce vraiment bon ? un seul moyen pour le savoir : GOûTER. Pour vraiment sentir ce qu’il y avait dans notre bouche , nous avons fermé les yeux, et chacun a dit ce qu’il ressentait : froid, chaud ,tiède ; sucré, salé, acide, amer; bon , trop bon, pas bon , j’ai bien aimé , je n’ai pas aimé; il y avait des morceaux ou pas ,ça fait comme la purée dans ma bouche, je sentais de la mousse ou de la pulpe; j’ai senti descendre dans ma gorge, dans mon ventre ou même ça montait dans le cerveau…ça avait un goût de pommes, de châtaignes….


 
 
 
 
 
 
Pour finir , Marco nous a proposés de faire des mélanges en petits groupes et d’essayer de faire deviner aux autres groupes les légumes qu’on avait sélectionnés pour notre jus. On a été très fort à ce petit jeu et réussi à tout deviner.
 

 
De Retour à l’école, nous avons décidé de partager nos découvertes à la classe ULIS , et là aussi ils ont été très forts !!! Ils ont reconnu la composition de tous les jus !  Bravo ! Pour la porte ouverte de notre école , nous sommes prêts à proposer la dégustation à nos parents et à tous ceux qui le souhaitent.

 

L'évaporation de l'eau

L’eau 
 2ème  Animation par le grand bassin de l’oust
en CE2 et ULIS.
 
  1.  L’évaporation de l’eau :
 
Nous avonsfaituneexpériencesurl’évaporationdel’ eauchaude. Onavaitunebassined’ eautrèschaudeetuncouvercleenplastique,il y avait des bullesquisecollaientdessus. C’était rigolo. On a du attendre 3 minutes.
L’eau qui s’est évaporée est montée sur le couvercle. On a vu des gouttes d’eau sur le couvercle.
C’est comme dans la nature. L’eau s’évapore avec le soleil. Les gouttelettes se condensent dans les nuages. Après il pleut ou il neige. Et l’eau retourne à la mer par les rivières. C’était vraiment bien.
 
  1. Le ruissellement de l’eau :
Sur une plaque en bois , 3 colonnes étaient dessinées. Au milieu il y avait un champ vide, à gauche un champ avec une bande d’herbe et à droite avec une haie d’arbustes.
On a fait couler de l’eau partout.
On a vu que l’eau glissait plus vite sur le champ où il n’y avait rien. Sur le champ où il y avait une  haie, l’eau s’infiltrait beaucoup dans la terre, et sur le dernier champ où il y avait une bande d’herbe , l’eau s’infiltrait aussi , mais moins que qu’avec la haie. Donc on peut dire que lorsque l’eau est retenue , elle s infiltre et ne va pas directement Salir les rivières avec de la  terre .
 
  1. L’infiltration dans les marais.
 
Pour voir l’infiltration de l’eau dans les champs , nous avons fait couler de l’eau sur une planche. Il y avait 2 champs séparés par une rivière. Un champ était sec et l’autre était un marais ou une zone humide. Nous avons posé une éponge humide sur la zone humide et une éponge sèche sur le champ sec. On a fait couler 100ml d’eau sur les 2 champs et les 2 éponges. On a vu que l’éponge humide des marais était encore plus chargée d’eau que l’autre. Les marais laissent l’eau s’infiltrer. Ils purifient et  nettoient l’eau.
 
 
  1. La filtration de l’eau .
 
On a commencé avec un verre d’eau sale. On a mis un filtre à café dans une bouteille en plastique. Puis on a versé l’eau sale dans le filtre, puis l’eau a été dans le verre. Après on refait la même chose mais avec 3 filtres et du sable au fond. Cette fois l’eau était encore plus propre. L’eau qui vient dans les châteaux d’eau est aussi filtrée avant d’arriver dans notre robinet. Quand elle ressort salie de chez nous, elle est encore filtrée et nettoyée avant de retourner dans les rivières.

«